Sites naturels

Les Grands Causses

Les Grands Causses, ce sont ces « hautes terres dont le pourtour est très nettement caractérisé par des remparts abrupts », selon la définition d’Elisée Reclus, géographe du XIXe siècle. Du nord au sud, vous pourrez découvrir le causse de Séverac, le causse de Sauveterre, le causse Méjean, le causse Noir, le causse Bégon, le causse du Larzac et le plateau du Guilhaumard. Ces hauts plateaux, dont l’altitude s’élève entre 800 mètres et 1240 mètres, sont entrecoupés de profonds canyons (Jonte, Dourbie, Tarn, Lot…). Par la dissolution du calcaire qui les compose, les Grands Causses présentent une mosaïque de paysages sublimes de reliefs ruiniformes, de dolines, de vallées sèches et de reculées karstiques. Les vues sur les étendues quasi désertiques des pelouses sèches donnent une impression de liberté et offrent de belles lectures de paysages.

Les maisons, les mas ainsi que les jasses (bergeries) y sont construits en moellons de calcaire. Les caselles ou capitelles (abris de bergers) sont bâties en pierres sèches. On y découvre aussi les lavognes, mares de forme conique façonnées sur un fond d’argile servant à recueillir et conserver l’eau de pluie pour les brebis.

Les Grands Causses n’ont pas de rivières : toutes les eaux s’y infiltrent pour résurger quelques centaines de mètres plus bas, dans les vallées. Edouard A. Martel leur donnera leurs lettres de noblesse en les nommant « Les Causses Majeurs ».

Photo : Le Causse Méjean (à d.), suspendu au dessus des gorges de la Jonte, face au Causse Noir (à g.)